Comment reconnaître les pièces de jeu d’échecs ?

Tout au long de leur histoire, les pièces de jeu d’échecs ont connues de nombreux développements ; mais les règles de base sont restés les mêmes. Les échecs se jouent sur un plateau de 64 mètres carrés et font intervenir plusieurs pièces. L’un des objectifs des premiers informaticiens était de développer des machines capables de jouer aux échecs. Ce qui a fait que le jeu, est maintenant fortement influencé par les capacités des logiciels d’échecs, et la possibilité de jouer aux échecs sur Internet. Alors en tant que débutant aux échecs, il est important de reconnaître les pièces de jeu d’échecs. Pour cela la connaissance des règles de chaque pièce est indispensable. Mais surtout ne vous inquiétez pas pour ça. Notre but dans cet article est de partager avec vous quelques notions qui vous permettront de reconnaître facilement les pièces de jeu d’échecs ; ainsi que leurs différents rôles sur l’échiquier.

Découvrez aussi : Plan marketing : tout ce que devez savoir pour réussir 

Les règles du jeu d’échecs

Comme tous les jeux, les échecs sont soumis à certaines règles. Pour jouer aux échecs, il faut d’abord un échiquier de 64 cases réparties en deux couleurs de base : blanc et noir. Au début du jeu, chaque joueur dispose de 16 pièces. Un joueur reçoit des pièces noires et l’autre des pièces blanches. Chaque joueur dispose de 8 pions, 2 chevaliers, 2 tours, 2 évêques, une reine et un roi. Chaque pièce a sa propre façon de bouger. Par conséquent, aucune pièce ne peut se déplacer vers une autre, sauf le cavalier. Si une pièce se déplace dans la même position qu’une pièce de l’adversaire, ce dernier peut la prendre. C’est pourquoi on dit qu’il est capturé. Il est alors exclu du jeu et le jeu continu avec un désavantage numérique.

Au début du jeu, il y a 8 pièces dans la première rangée. Vient ensuite la deuxième rangée, qui se compose de 2 tours, 2 chevaliers, une reine et un roi. Le but ultime aux échecs est de capturer le roi de l’adversaire.

Voici comment identifier facilement les pièces de jeu d’échecs

pièces de jeu d’échecs

Vous n’avez pas besoin de connaître assez de choses avant de reconnaître les pièces de jeu d’échecs. Les pièces d’échec sont faciles à identifier. Comprenez seulement que le pion, est la plus petite de toutes les pièces du plateau. La tour est la pièce qui ressemble à un château, et qui pour cette raison est également connue sous ce nom dans certaines parties du monde. Le cavalier est une pièce représentée par la tête et le cou d’un cheval ; il peut se déplacer en forme de L.

Quant aux évêques, ils sont également connus sous le nom de chameaux et il y en a deux dans chaque équipe d’échecs. La reine est la deuxième pièce la plus haute de l’ensemble. Contrairement au roi, il n’a pas de croix sur le dessus. En effet, le roi est la pièce la plus haute du plateau ; il a une croix en haut, et il constitue la pièce la plus importante du plateau.

Découvrez aussi : Les meilleurs Astuces Pour Bien Rédiger un Plan de Vente

Les différentes pièces d’échecs

Au cours du jeu, chaque pièce à découvrir joue un rôle spécifique sur le plateau et a une valeur spécifique. En fonction des attributs de chaque pièce, un pion vaut 1 point, l’évêque et un chevalier valent 3 points. Une tour vaut 5 points, et une reine vaut 9 points. Le roi n’a aucune valeur. Par conséquent, en le capturant, vous pouvez gagner la partie. Mais chaque pièce a ses propres mouvements et règles, que vous devez connaître pour pouvoir jouer.

1.      Le Roi

pièce d'échec, Roi

Il faut noter que le roi est le pion principal du jeu d’échecs. S’il est capturé, la partie est terminée. Il doit être protégé au début et au milieu du jeu. Il devient une pièce très active à la fin du jeu. En fait, dans une impasse de pions, la position du roi devient décisive et critique pour la victoire. Le roi se déplace d’une case dans chaque direction. Il a un mouvement spécial, le jet de pierre. Cela permet à la tour et au roi de jouer simultanément. Il est important pour l’échange de pièces que le roi et la tour ne bougent pas au préalable. En outre, ils ne doivent pas traverser la planche. Enfin, pour pouvoir frapper des pièces, il ne doit y avoir aucune pièce entre la tour et le roi.

2.      La dame ou la reine

pièce d'échec, Dame

Il est important de garder à l’esprit qu’il  n’y a qu’une seule reine dans un jeu d’échecs. C’est la pièce la plus puissante et la plus mobile du jeu. Perdre la reine, c’est presque comme perdre le jeu. La reine se déplace dans n’importe quelle direction et dispose d’un nombre quelconque de cases.

Il est donc recommandé de ne pas prendre la reine trop tôt. L’adversaire risque d’être exposé à trop d’attaques et de devoir trouver d’autres stratégies. Vous vous retrouvez à jouer des échecs inutiles, alors que votre adversaire a développé toutes ses stratégies. Cependant, le fait que vous ayez l’avantage dans l’ouverture est important. Le camp qui a mobilisé les ressources nécessaires peut attaquer le roi et le capturer.

Découvrez aussi : importance d’un tunnel de vente dans la croissance d’une entreprise

3.      L’évêque

L’évêque

Dans un  jeu d’échecs, ils sont au nombre de 2. Les évêques présentent généralement la même couleur, puisqu’ils sont des pièces à longue portée. Les fous se déplacent en diagonales et sur un nombre quelconque de cases. Chaque joueur dispose de deux fous. L’une de couleur blanche et l’autre de couleur noire. En finale, c’est un aspect à ne pas négliger. En effet, un pion noir sur une case noire ne peut jamais être capturé par un évêque blanc. De plus, les pions de son propre camp peuvent le gêner, voire le bloquer.

4.      Les Cavaliers

pièce d'échecs des chevalier

Dans un jeu d’échecs, il y a aussi 2 cavaliers. À chaque coup, il peut changer de couleur. C’est également la seule pièce capable de passer par-dessus une autre pièce. C’est une pièce à courte portée et idéale pour menacer et attaquer des fourchettes (plusieurs pièces). Ceci, est une astuce important que vous devez garder, afin de reconnaître les pièces de jeu d’échecs, notamment les cavaliers. Ce mouvement est généralement appelé « fourchettes ».

5.      Les Tours

pièce de la tour d'échecs

Il en existe 2. Ce sont les dernières pièces qui entrent en jeu. Les tours se déplacent sur les rangées ou les lignes. Il est délicat de les déplacer puisqu’elles sont placées aux angles de l’échiquier. Pour mettre en jeu une tour, le roque est un mouvement important. Il y a donc fréquemment des finales opposant deux tours et des pions.

Découvrez aussi : Comment promouvoir un produit en ligne ?

6.      Les Pions

les pions d'échecs

Ils sont au nombre de 8. Ce sont généralement les pions qui ouvrent une partie d’échecs. Les pions se déplacent d’une ou de deux cases vers l’avant. Ils se déplacent toujours vers l’avant et permettent d’activer les pièces à longue portée comme les fous ou la dame. L’un des objectifs de l’ouverture est généralement le contrôle du centre. Les pions sont donc utilisés pour contrôler les cases. Le pion peut avancer de deux ou d’une case depuis sa case initiale. Après cela, ses déplacements sont limités à une case. Il avancera donc en diagonale.

Lorsqu’il arrive sur la dernière rangée, le pion à une promotion. Cela signifie qu’il peut devenir soit une tour, une dame, un cavalier ou un évêque. La promotion est un coup obligatoire et immédiat. Pour une promotion en tour, d’évêque ou de cavalier on parle de sous-promotion. Celle-ci est très rare, mais peut parfois éviter une situation de pat. Il est donc possible d’avoir plusieurs reines sur l’échiquier.

De plus, dans le cas de la prise en passant, c’est un coup facultatif mais il ne peut être joué qu’en réponse immédiate à l’avance du pion adverse. Et si par exemple un pion blanc a atteint la 5ième rangée, et qu’un pion noir situé sur les colonnes adjacentes avance de deux cases ; il peut alors être capturé par le pion blanc. Tout se passe comme si le pion noir n’avait avancé que d’une case.

Les différents types d’échiquiers

exemple d'échiquier en bois

 

Depuis sa création, le jeu d’échecs a connu de nombreuses mutations. Sa conception est intrinsèquement liée au matériau de fabrication des pièces. Ces dernières étaient principalement construites en ivoire jusqu’au XIVe siècle. Les changements de support ont généralement entrainé une évolution du jeu. Les matériaux de fabrication des pièces d’échecs sont donc passés de l’ivoire au bois. Cependant, il est possible de distinguer aujourd’hui des échiquiers plus modernes en plastiques ou digitaux. Aujourd’hui, il est en effet possible de jouer ses parties d’échecs sur son ordinateur ou son smartphone. En ce qui concerne les designs, il y a deux principaux styles : les pièces d’échecs Staunton et celles de Chavet. Conçu par Nathaniel Cooke, le style Staunton est un design très particulier. Il est aujourd’hui un standard incontesté dans le monde des échecs.

Les pièces d’échecs chavets sont quant à elles appréciées pour leur célèbre cavalier anguleux et leurs lignes simples et épurées. Elles sont conçues en bois poli brut. C’est aussi un design très apprécié par les amateurs d’échecs. Les pièces des jeux d’échec sont le plus souvent en bois de buis, d’acacia ou d’ébène. On trouve aussi d’autres variantes basiques en plastiques ou des jeux de luxe avec des matériaux nobles : marbre, ivoire. Les pièces sont généralement lestées avec un revêtement inférieur plombées-feutrées.

Découvrez aussi : Que peut-on savoir du business intelligence pour les entreprises 

Pourquoi apprendre à jouer aux échecs ?

Des études montrent que le fait de jouer aux échecs à un jeune âge impactait positivement les résultats scolaires. Dans une étude, les chercheurs ont découvert que les étudiants à qui l’on enseignait à jouer aux échecs étaient plus avancés sur le plan académique ; surtout en mathématiques, en analyse spatiale et en capacité de raisonnement non verbal. Dans une étude où les chercheurs ont scanné le cerveau de joueurs d’échecs d’élite ; il a été démontré que les joueurs avaient un cerveau « plus petit » que les non-joueurs… et c’est loin d’être une mauvaise chose. À cet effet, les recherches suggèrent que les zones de rétrécissement cérébral sont un signe d’efficacité neurale et un reflet de l’expertise comportementale.

De plus, les scientifiques ont analysé les schémas du cerveau des joueurs d’échecs d’élite et ont constaté que les joueurs d’échecs plus avancés, utilisaient les deux côtés du cerveau ; lorsqu’ils prenaient des décisions pendant les parties. En exerçant les deux côtés du cerveau, les joueurs utilisent le côté droit, plus focalisé visuellement, pour reconnaître les modèles des jeux passés ; et le côté gauche analytique pour décider du prochain mouvement sur une base logique. Cet exercice renforce les deux côtés du cerveau, faisant du joueur un penseur plus avancé et plus habile.

En 1996, les chercheurs Fernand Gobet et Herbert Simon ont analysé le champion du monde d’échecs de l’époque, Garry Kasparov, alors qu’il jouait une simulation. Dans l’étude, ils ont conclu que Kasparov s’appuyait sur la mémoire et l’accès à la mémoire par la reconnaissance d’indices, afin de jouer et de gagner plusieurs parties à la fois.

Découvrez aussi : Comment réussir dans le commerce électronique en 2021

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut